Visitez aussi :
Logo de l'ORE

http://www.observatoire-eau-bretagne.fr/Media/Chiffres-cles/L-assainissement-des-eaux

 

Dernière modification le 25 septembre 2014


chiffres clés

L'assainissement des eaux en Bretagne

Rédigé par :

Emilie Novince (OEB)

En collaboration avec :

Laure Athènes Agence de l'eau Loire-Bretagne (AELB)




Station de traitement des eaux usées Station de traitement des eaux usées

1 136 stations d’épuration collectives en service

Un assainissement performant est l'une des premières réponses au problème de pollution ponctuelle que peut engendrer le mauvais traitement des eaux usées urbaines et rurales.


Situation en 2013
Capacité épuratoire des stations d'épurations collectives en Bretagne

Dans le domaine de l'assainissement collectif, les communes assurent le raccordement au réseau public d’assainissement, la collecte des eaux usées domestiques, leur traitement et l’élimination des boues produites. On compte sur le territoire breton 1 136 stations d’épuration en service, dont 71,6 % sont de capacité inférieure à 2 000 EH (données au 09/2013). En 2012, les rendements épuratoires moyens obtenus pour l’ensemble des stations étaient de 98 % pour la matière organique (DBO5), 87 % pour l’azote global et 83 % pour le phosphore total.

Les boues de station d’épuration

Après traitement, les eaux sont rejetées dans le milieu naturel et les boues résiduaires sont évacuées. En 2013, la production de boues s’élevait en Bretagne à 44 806 t de matières sèches. 41 % ont été épandues sur des champs agricoles ; le reste a été composté (25 %), incinéré (24 %) ou mis en centre de stockage de déchets (10 %).

L’assainissement non collectif

Caractéristiques des installations d'assainissement non-collectif en Bretagne en 2012-2013
Caractéristiques des installations d'assainissement non-collectif en Bretagne

Lorsque l’habitat est très dispersé, le coût du raccordement à un réseau d’assainissement collectif est trop élevé. Les habitations doivent alors se doter d’un système d’assainissement individuel. Des études en cours montrent qu’environ 10 à 15 % du parc serait à réhabiliter dans les années à venir, les installations présentant un risque pour la santé de l’usager.


Sources : 2014 : AELB