Visitez aussi :
Logo de l'ORE

http://www.observatoire-eau-bretagne.fr/Media/Chiffres-cles/Suivi-sanitaire-des-cyanobacteries-en-Bretagne-les-resultats-dans-les-sites-de-baignade-en-eau-douce

 

Dernière modification le 12 juin 2016


chiffres clés

Suivi sanitaire des cyanobactéries en Bretagne : les résultats dans les sites de baignade en eau douce

Rédigé par :

Emilie Novince (OEB)

En collaboration avec :

Benoît Champenois ,  Serge Passelergue Agence régionale de santé Bretagne (ARS Bretagne)




Planktothrix agardhii Planktothrix agardhii

Des épisodes de fortes proliférations dans 60 % des sites de baignade et de loisirs nautiques

L’Agence régionale de la Santé en Bretagne assure une surveillance complémentaire des cyanobactéries dans 40 sites de baignade en eau douce.


Suivi sanitaire des cyanobactéries de 2005 à 2016
Suivi sanitaire des cyanobactéries dans les sites de baignade et de loisirs nautiques en Bretagne

Les cyanobactéries sont des algues microscopiques capables de synthétiser des toxines dangereuses pour la santé (effets cutanés, hépatiques et neurologiques). Depuis les années 1970, leurs proliférations en Bretagne se multiplient et s’intensifient.

Contrairement aux deux années précédentes, la saison 2014 a été caractérisée par une forte augmentation du nombre et de l’importance des proliférations de cyanobactéries observée durant l’été. Les conditions météorologiques exceptionnelles de 2014 (réchauffement rapide des plans d’eau au printemps, température élevée à la fin de l’été, peu d’apports pluviométriques sur l’ensemble de la saison...) expliquent en grande partie ces résultats.

Cyanobactéries dans les eaux douces de loisir bretonnes, saison 2017
Suivi sanitaire des cyanobactéries dans les zones de baignade et de loisirs nautiques en Bretagne

En 2012, l’Agence régionale de santé (ARS) en Bretagne a exercé un contrôle sanitaire entre mai et septembre sur 40 sites de baignades et de loisirs nautiques en Bretagne. Les résultats ont montré que 60 % des sites ont connu des épisodes de fortes proliférations de cyanobactéries (plus de 100 000 cellules/ml), contre 40 % en 2013. Lorsqu’un tel seuil est dépassé, l’Agence régionale de la Santé met en place une surveillance active, informe le public et limite les usages. 35 % des sites (contre 23 % en 2013) ont fait l’objet d’une interdiction ou limitation d’usage pendant la période estivale.


Source : 2015 : ARS Bretagne